Une escroquerie légalisée
  • Éditeur québécois

Lorsque les écoles se détériorent, qu’une clinique ferme, qu’un viaduc s’effondre, qu’un festival perd une subvention, c’est à cause des paradis fiscaux. Source d’inégalités croissantes et de pertes fiscales colossales, le recours aux paradis fiscaux par les grandes entreprises et les particuliers fortunés explique en grande partie les politiques d’austérité. «C’est légal!», claironnent les fautifs. En cinq chapitres d’une redoutable efficacité, Alain Deneault soulève la question politique de cette escroquerie légalisée. Comment les définir, quelles sont les conséquences dramatiques de cette spoliation et comment contrer cette loi des puissants? Il est urgent de mettre fin à ce mécanisme insensé par lequel les contribuables financent les banques par le service de la dette et les services publics dont profitent les entreprises, tout en s’appauvrissant. Il faut se saisir collectivement de la question des paradis fiscaux pour que ce qui est légalisé ne le soit plus.

En partenariat avec la revue Liberté, Oxfam-Québec et Échec aux paradis fiscaux.

Table des matières

Table des matières
Une escroquerie légalisée 1
Crédits 6
Table des matières 7
Introduction 11
1 Ce que l'on sait 13
2 Cinq conséquences graves 33
1. Des pertes fiscales par milliards de dollars 34
2. Un affaissement de l'État 36
3. Des emprunts à des institutions financières que l'État n'impose plus 41
4. Une augmentation ou une introduction de la tarification 42
5. La mise à mal du service public 43
3 Le biais idéologique 47
4 Le blanchiment par le langage 57
5 Qui a dit: «C'est légal»? 72
Conclusion 85
Postface. Paradis fiscaux, sources d'inégalités croissantes. Par Denise Byrnes, directrice générale d'Oxfam-Québec 94
Notes 102
Glossaire 114
Bibliographie sommaire 117
Bibliographie de l'auteur 120
Générique 123