La femme que je suis devenue

Livre numérique

La femme que je suis devenue
  • Éditeur québécois

Aimée a 27 ans. D’origine rwandaise, sa beauté racée ne passe pas inaperçue. Tout est féminin en elle, à une chose près : son sexe. Cette différence, elle la vit depuis son plus jeune âge en toute acceptation et en toute innocence, car ce dont elle n’a jamais douté, c’est qu’elle EST une fille, même si la nature l’a dotée d’attributs masculins. Aimée est un modèle de résilience, une survivante, une battante, comme en témoigne son histoire. Elle incarne la phrase qui dit que « ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ». Née au Rwanda, âgée de 4 ans au moment du génocide, elle assiste aux purges, aux trahisons, aux disparitions, aux arrestations arbitraires, au massacre… tout en y échappant. Durant sa scolarité, elle fait l’objet de moqueries et d’insultes des autres élèves, subit les brimades et les mauvais traitements infligés par ses professeurs et ceux, à la maison, de sa mère. Jeune adulte, c’est au harcèlement qu’elle doit faire face. Et puis il y aura l’exil en Belgique, l’adaptation à la vie occidentale, sa condition de transsexuelle, les rencontres providentielles, les écueils et les deuils, qui façonneront son destin. Aujourd’hui, Aimée vit avec son amoureux à Montréal. Elle est devenue la femme qu’elle voulait être. Ce récit d’une grande lucidité est, comme l’auteure le définit elle-même, « un voyage initiatique mêlé de convictions et d’incertitudes, du Rwanda au Québec, en passant par la Belgique ». Mais au-delà du témoignage personnel, c’est toute une réflexion sur la quête d’identité, sur l’acceptation de soi et de la différence, sur le pire et le meilleur de la condition humaine, sur le destin.